La transition verte est en marche en Europe !

Publié le 2 décembre 2013

La nécessité du développement de l’emploi vert est aujourd’hui de plus en plus reconnue, bien que ce secteur d’activité soit encore trop peu présent sur le marché du travail et qu’une véritable transition économique, industrielle et sociale est à opérer, les emplois verts deviennent une branche de métiers porteuse d’emplois et pourraient permettre de lutter contre la montée du chômage !

Mais qu’est-ce qu’un emploi vert ? L’Organisation Internationale du Travail définit un emploi dit « vert » comme un emploi permettant la réduction de la consommation des matières premières et énergies non renouvelables. Aussi, ce secteur limite au maximum la production de déchets et d’agents polluants afin que les conséquences sur l’environnement soient les plus minimes possible. Pour finir, ces emplois ne peuvent pas être délocalisés, car par définition, les activités des emplois verts telles que la construction bois ou encore le tri des déchets sont essentiellement locaux.

990288_25940963

La crise économique et écologique est aujourd’hui bien implantée, et ce type d’emploi pourrait être l’une des solutions. Cependant, cela doit passer une vraie réorganisation de notre société. Évidemment, le soutien des pouvoirs publics est indispensable. Cependant il n’est pas nécessaire de créer de nouveaux emplois, mais de mettre en place des formations pour mettre à niveau les emplois d’aujourd’hui où tous les niveaux de compétences seraient concernés, et développer de nouvelles compétences et pratiques plus respectueuses de l’environnement.

Cela n’est possible que si les activités dégradant l’environnement diminuent dans le futur. Pour éviter une hausse du chômage due à la baisse de ces emplois, il faut que l’État sécurise les différents parcours professionnels avec l’aide du Fond Social Européen, qui est un acteur important dans l’insertion sociale et l’accompagnement vers l’emploi grâce à des formations qui donneraient aux travailleurs des emplois verts des nouvelles qualifications durables.  De plus, la mise en place d’un salaire minimum européen, équitable et décent doit être garantie pour les employés de ces nouveaux métiers.

Les engagements mondiaux comme l’accord de Copenhague engageant les pays à réduire les émissions de gaz carbonique et de CO2 ont permis la diminution des activités polluantes au profit des emplois verts. Selon le gouvernement allemand, 6 millions de nouveaux emplois pourraient voir le jour d’ici 2020 si l’Union Européenne respecte ses objectifs concernant la diminution des émissions d’agents polluants.

Cette transition vers l’emploi vert est amorcée en Europe, l’Allemagne par exemple comptait en 2009 plus de 330 000 emplois dans le domaine du renouvelable ! Ces activités sont également en forte augmentation en Autriche où les emplois verts représentent plus de 7% du marché. Le chiffre d’employés dans le secteur de l’écologie et du développement durable a également connu une hausse importante en France : alors que l’on comptait 136 000 emplois verts en 2008, ils ont atteint le nombre de 3,6 millions en 2012 grâce au succès du domaine éolien dans des régions telles que la Picardie !

Vous souhaitez en savoir plus ? N’hésitez pas à lire cet article, et visiter le blog de Karima Delli, députée européenne et activiste écologiste !